HISTOIRE – Qui est Saint Lambert ?

Cette page donne quelques indications biographiques du saint patron de la paroisse et du village.

Il y a plusieurs Saint Lambert dans la mémoire chrétienne, avec parfois le risque de confusions entre les personnes et les histoires.

Celui dont nous parlons ici est né aux environs de l’an 640, dans la ville de Maastricht, célèbre pour son traité européen depuis lors.

Landebert est le fils présumé de Evre (ou Apre) son père, et de Hérisplende, sa mère, tous deux issus de familles aux ascendants royaux. Evre était seigneur du pays de Liège. L’enfant fut baptisé par l’évêque du lieu, Rémacle qui fut aussi son parrain, et éduqué par Landoald, archiprêtre de la ville, puis de Théodart, successeur de Rémacle sur le siège épiscopal de la ville.Il semble bien que Lambert fréquenta la cour mérovingienne et qu’il devint un conseiller écouté du roi en place, Childéric II.

Théodart ayant été tué, c’est Landebert (le futur saint Lambert) qui est élu à sa place. Suivant les sources, on évoque l’âge de 21 ou de 32 ans pour cette étape de sa vie.  Lorsque CHildéric II, roi d’Austrasie fut assassiné en 673, Lambert doit se retirer au monastère de Stavelot, sur les limites de son diocèse. Pendant sept ans, Pharamond s’appropria son siège épiscopal. Sur l’injonction de Pépin, il accepta de revenir ensuite prendre sa charge. Evangélisateur du diocèse de Tongres-Maastricht, on le reconnait notamment comme celui qui convertit les Taxandres, du pays de Midelbourg. Dans ces pays celtes, les cultes anciens sont encore souvent résurgents, comme en témoignent aussi les récits d’une autre figure de sainteté, qui succéda à Lambert, saint Hubert. Et de nombreuses personnes issues de la noblesse changèrent de vie, au contact de sa prédication. Des monastères furent aussi fondées sous son impulsion, dont celui dirigé par Landrada, à Munsterbilzen.

Lambert mourut assassiné, dans la période trouble politiquement du fait du changement de dynastie en cours, entre mérovingiens et carolingiens. Or Maastricht fait partie de l’Austrasie, une province mérovingienne de l’empire franc. Lié au roi Childéric II et à son successeur effectif, Pépin de Herstal (Pépin II), Lambert fut sans doute victime d’un conflits d’influence entre des clans familiaux. Certains récits hagiographiques attribuent à Pépin II la cause du meurtre, Lambert ayant dénoncé auparavant sa vie adultérine avec Alpaïde (relation dont naîtra Charles Martel), ce qui ne lui aurait pas été pardonné.

Plus sûrement, le prélat tomba sans doute sous les coups des hommes de troupes de Dodon, le domesticus (haut fonctionnaire chargé de la gestion des domaines de l’État) de Pépin II, le 17 septembre 696 (ou 708-709 selon d’autres sources). Le corps de saint Lambert fut ensuite mené en cachette à Maastricht, puis ramené à Liège, où une cathédrale fut construite sur le lieu même de son martyre. C’est aussi à partir de cette période que cette ville connut une profonde transformation et une reconnaissance de plus en plus grande dans la région.

La figure de Saint Lambert est souvent représentée soit avec une béquille, pour rappeler qu’il fut guéri, enfant, d’un état chétif, mais aussi la fontaine qu’il avait fait naître pour soulager les ouvriers et les malades. Soit avec une lance, rappelant son martyre.

Martyre de Saint Lambert, et de ses compagnons (la tradition parle de ses neveux, Pierre et Andolète). Panneau peint du XVè siècle

EN HAUT

A gauche, Saint Lambert de Liège, assassiné pendant qu’il
prie pour ses ennemis
Fol. 74v: min.
The Hague, KB, 75 F74v

A droite, Saint Hubert fait lever les reliques de saint Lambert,
enluminure
The Hague, KB, 76F10

EN BAS

A gauche, Saint Lambert de Liège
Icône byzantine peinte par mère Théodora (couvent orthodoxe à Charleroi)

A droite, chasse reliquaire de St Lambert à Liège.

_________________________________________________

Les images et les photos sont issus du site : http://stmaterne.blogspot.com et du site wikipedia

Les sources historiques de ce texte sont issus :

-d’un article ancien extrait de la collection « Les petits Bollandistes. Vie des Saints », vol. XI, pp. 172-179

– d’un article plus actualisé de Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Lambert_de_Maastricht

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s